rehausser

rehausser

rehausser [ rəose ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIIe; de re- et hausser
1Hausser davantage; élever à un plus haut niveau. élever, surélever. « deux gros livres rehaussant sa chaise » (Robbe-Grillet).
Fig. Faire valoir davantage. Rehausser le prestige d'une équipe.
2(Sujet chose) Faire paraître, faire valoir davantage par sa présence. relever (cf. Mettre en valeur). Fard qui rehausse l'éclat du teint. « la soutane convenait à sa sveltesse et rehaussait son grand air épiscopal » (F. Mauriac). — REHAUSSÉ DE : mis en valeur par, orné de. Une boiserie « rehaussée de quelques légères arabesques » (Gautier).
3Donner plus de relief à (un dessin), en soulignant, en accentuant certains éléments. Rehausser un dessin par des touches de gouache ( rehaut) .
⊗ CONTR. Descendre, rabaisser. Atténuer. Déprécier, ternir.

rehausser verbe transitif Élever quelque chose, le surélever, en accroître la hauteur : Rehausser un mur. Remettre quelque chose à une hauteur plus élevée : Rehausser par endroits les lattes d'un plancher. Faire croître la valeur de quelque chose, lui donner une importance plus grande : Il s'agit de rehausser le prestige de notre équipe. Mettre quelque chose en valeur, lui donner plus de relief : Quelques fleurs de couleurs vives rehaussaient le bouquet. Accentuer, relever par des rehauts. ● rehausser (difficultés) verbe transitif Orthographe et prononciation Sans accent sur le premier e qui se prononce comme celui de repasser. ● rehausser (synonymes) verbe transitif Élever quelque chose, le surélever, en accroître la hauteur
Synonymes :
- surélever
Contraires :
Faire croître la valeur de quelque chose, lui donner une importance...
Synonymes :
- faire ressortir
- réveiller
Contraires :
- anéantir
- déconsidérer
- déprécier
- détruire
- dévaloriser
- discréditer
Mettre quelque chose en valeur, lui donner plus de relief
Synonymes :
Contraires :
- atténuer
- éteindre

rehausser
v. tr.
d1./d Hausser davantage. Rehausser une muraille.
d2./d Faire valoir, mettre en relief. Les ombres rehaussent l'éclat des couleurs.

⇒REHAUSSER, verbe trans.
I. A. — 1. Remettre à sa hauteur initiale une chose qu'on a abaissée ou qui s'est affaissée. Synon. relever, remonter. À cette réponse, Louis XI laissa échapper le geste qu'il lui était familier de faire lorsqu'il rencontrait une bonne idée, et qui consistait à rehausser vivement son bonnet (BALZAC, Me Cornélius, 1831, p. 263). Devant ce sombre miroir nous remettons nos chapeaux, j'ébouriffe mes boucles, Anaïs rehausse son chignon affaissé, et l'on s'en va (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 265).
2. AGRIC. Renforcer l'implantation (d'un arbre, d'un arbuste) en mettant de la terre au pied. [Les champs] sont toujours restés minuscules, enclos de haies que rehaussent souvent des levées de terre (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 311). Les pommiers qu'il faut « rehausser » au tracteur, ce qui signifie que l'on envoie de la terre fraîche autour du pied (Le Nouvel Observateur, 26 août 1978, p. 44, col. 3).
3. Vx. Augmenter le prix d'une marchandise, un impôt, la valeur nominale d'une monnaie. Synon. usuel relever. (Dict. XIXe et XXe s.).
B. — Au fig.
1. a) Rehausser qqn. Remettre en valeur. Ah! la duchesse entendait à merveille son métier de femme, elle savait admirablement rehausser un homme à mesure qu'il se rapetissait (BALZAC, Langeais, 1834, p. 255):
1. Il était bon que, devant Bichat jetant hardiment sa gourme, Ricarda se sentît plein d'humilité. — Mais vous-même, monsieur Ricarda, lui dit-elle pour le rehausser un peu, qu'attendez-vous? — Pour faire quoi, chère madame? — Pour vous marier. Ricarda se mit à rire. Tout de même.
ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 131.
b) Rehausser qqc. Remettre en valeur. L'effort capital, infini, de l'industrie humaine, a combiné tous les moyens pour rehausser le coton (MICHELET, Insecte, 1857, p. 170).
Faire valoir, remettre en honneur. Il s'agissait alors pour nous, jeunes gens, de rehausser la vieille versification française, affaiblie par les langueurs du XVIIIe siècle (NERVAL, Chât. Bohême, 1853, p. 16).
CUIS. Relever. Rehausser une sauce d'une pointe d'ail. (Dict. XXe s.).
2. Augmenter, renforcer (le prestige, l'importance de). Cette ordonnance inattentive rehaussa l'importance du Tiers (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 129).
3. Réconforter, remonter le moral. Ta lettre m'a rehaussé, réilluminé (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1906, p. 202). En lisant les textes que l'on m'a fait remettre de sa part [Pétain], je me sens, tout à la fois, rehaussé dans ce qui fut toujours ma certitude et étreint d'une tristesse indicible (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 320).
4. Rare, vx, en empl. intrans. Rehausser dans l'estime de. Synon. de remonter dans l'estime de. Comme il rehausse dans mon estime, depuis que je sais que son désordre vient de ses désordres! (FLAUB., Corresp., 1853, p. 313).
II. — BEAUX-ARTS
A. — 1. DÉCOR. Augmenter la beauté, la richesse ou l'éclat d'un tissu, d'un meuble, etc. par l'adjonction de matières précieuses ou brillantes. Lambris, meuble rehaussé d'or. Quelquefois les diverses parties du surtout sont rehaussées de porcelaine, ou d'émaux, ou encore d'ivoire, mais en France ces adjonctions ne se feront qu'après l'Empire qui apprécie la pureté uniforme du métal (GRANDJEAN, Orfèvr. XIXe s., 1962, p. 50).
P. iron. Une entremetteuse notoire, peinte comme un clavecin et plus rehaussée de dorures qu'une chapelle péruvienne (GIONO, Chron., Noé, 1947, p. 212).
2. Au fig. Embellir. Une conversation rehaussée des calembours de Potier (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 234). Cela n'incrimine pas l'emploi exceptionnel du mot rare, pourvu qu'il arrive à sa place et rehausse l'économie du reste (COCTEAU, Diff. d'être, 1947, p. 179).
B. — 1. PEINT. Exécuter des rehauts, pour éclaircir une couleur. Et, partant de Cézanne et de Gauguin, il [Sérusier] annonce le Matisse et le Derain fauves dans sa Nature morte dans l'atelier de 1891, puissante symphonie de rouges et de bleus rehaussée de verts froids (DORIVAL, Peintres XXe s., 1957, p. 22). D'une facture assez grossière, ces pièces sont décorées en camaïeu bleu parfois rehaussé de jaune (G. FONTAINE, Céram. fr., 1965, p. 40).
Ajouter de la couleur à une gravure. La peinture lui servait [à l'homme magdalénien] à rehausser ses gravures et ses sculptures et de nombreuses grottes, en France et en Espagne, ont conservé de très beaux dessins en plusieurs couleurs (S. BLANC, Init. préhist., 1932, p. 42).
P. anal. [Julie] rehaussa de rouge une bouche dont l'intérieur était du même rose que la cravate et les gants de cordonnet rose (COLETTE, J. de Carneilhan, 1941, p. 147).
2. Mettre en valeur par une couleur fortement contrastée. [Rosette] avait autour du cou un petit ruban de velours noir qui rehaussait le lait de ses joues de lis (GIONO, Angelo, 1958, p. 130):
2. [Les lambris] sont égayés de ces couleurs, mises à la mode par Bélanger et dites pompéiennes, qui, sous le Directoire, conservent encore leurs tons atténués, vert clair, bleu ciel, rose, jaune tendre, rehaussés par des fonds sombres, des bruns ramoneurs, sur lesquels se détachent des figures légères.
HAUTECŒUR, Art sous Révol. et Emp., 1954, p. 46.
REM. 1. Rehaussage, subst. masc., peint. Mise en relief de certaines parties d'un tableau par des rehauts. (Dict. XXe s.). 2. Rehausse, subst. fém. a) Panneau ou plaque servant à surélever les ridelles d'une charrette, les parois d'un wagon, etc. pour en augmenter la capacité. (Dict. XIXe et XXe s.; v. ds FEW t. 24, p. 364a plusieurs attest. région. de ce sens). b) Vx. Augmentation (d'un prix, d'une taxe). (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth.:[], (il) rehausse [-o:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin du XIIe s. « soulever, élever de nouveau (un bras, etc.) » (Floovant, 2109 ds T.-L.); 2. a) 1208-09 « faire monter plus haut (un mur, un plancher affaissé) » (HENRI DE VALENCIENNES, Continuation Conquête de Constantinople, éd. J. Longnon, § 550); b) 1680 « relever le prix, la valeur de » (RICH.); 3. a) fin du XIIIe s. [ms.] « remettre en honneur (une coutume) » (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec, éd. W. Foerster, 38, var. du ms. E); b) 1588 « redonner du prestige à; relever, exalter » (MONTAIGNE, Essais, III, 10, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 1024); c) 1687 « faire remonter quelqu'un dans l'estime de quelqu'un » (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., 24 nov., éd. R. Duchêne, t. 3, p. 337); 4. a) 1508 « orner, embellir (une tapisserie, une étoffe) par quelque ornement » (doc. ap. A. DEVILLE, Compte de dépenses de la construction du château de Gaillon, 487, 546 d'apr. FEW t. 24, p. 363b); b) ca 1590 « embellir par des ornements, mettre en valeur » (MONTAIGNE, op. cit., II, 10, p. 408); c) 1611 beaux-arts « faire ressortir le relief de certains détails par des retouches d'un ton clair » (COTGR.). Dér. de hausser; préf. re-. Fréq. abs. littér.:338. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 461, b) 577; XXe s.: a) 416, b) 479.

rehausser [ʀəose] v. tr.
ÉTYM. XIVe; reaucier, v. 1185; de re-, et hausser.
1 Hausser davantage; remettre à un certain niveau, en haussant. Élever, monter, relever, remonter.Pron. (Réfl.). || Se rehausser : se redresser (→ Imperceptible, cit. 11).
1 Il était assis face à la fenêtre, contre la lourde table encastrée dans l'embrasure, deux gros livres rehaussant sa chaise, afin qu'il pût écrire commodément.
A. Robbe-Grillet, le Voyeur, p. 18.
Fig., vx. Faire valoir davantage. Augmenter. || Rehausser les prix, les monnaies (leur valeur).(Au moral). Donner plus de force, d'intensité. Augmenter, ranimer, relever. || Rehausser le courage de qqn.
2 (1580). Sujet n. de chose. Littér. Faire paraître, faire valoir davantage, avec plus de force (en illustrant, en mettant en évidence, en valeur). || Rehausser la vieille versification française. Illustrer (→ Novateur, cit. 5). || « Cette pourpre, cet or, que rehaussait sa gloire » (→ 1. Ce, cit. 1).Rehausser l'éclat, le mérite d'une action, le prestige de qqn (→ Directeur, cit. 2). Ressortir (faire); ennoblir, relever. || Parure qui rehausse la beauté. Embellir. || Rehausser un récit par des détails savoureux. Assaisonner (figuré).
2 Ce mariage légitime, aujourd'hui connu, rehausse l'éclat d'une fin tragique; il substitue la gloire du ciel au pardon du ciel.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 318.
3 Le portail cintré, tout en granit, a un caractère de grandeur que rehaussent encore la vétusté de cette construction, l'antiquité des arbres qui l'accompagnent et les plantes qui croissent sur ses arêtes.
Balzac, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 381.
4 Mais la soutane convenait à sa sveltesse et rehaussait son grand air épiscopal.
F. Mauriac, la Robe prétexte, XI.
Pron. || Se rehausser : se mettre en valeur. || Se rehausser de… : augmenter son prestige par…
5 Au fond nous avons toujours besoin, nous femmes, de nous rehausser de quelque chose ou de quelqu'un (…) Il nous faut des pierres brillantes ou des hommes brillants.
A. Maurois, les Roses de septembre, III, II.
6 (…) Alain est humilié, diminué, et pour une fois qu'il a l'occasion devant mes parents de se rehausser un peu, d'apporter quelque chose de son côté, vous ne voulez pas bouger (…) vous n'avez jamais levé le petit doigt (…) vous vous en êtes lavé les mains depuis le début (…)
N. Sarraute, le Planétarium, p. 141.
3 Faire paraître davantage (une chose concrète) par un contraste, en soulignant. || Mouche qui rehausse la blancheur de la peau. || Lèvres rehaussées par les sinuosités d'une moustache (→ Inévitable, cit. 10).Peint. || Rehausser les lumières. Aviver (→ ci-dessous, 5.).
4 Rehausser de : mettre en valeur par, orner de. Embellir, orner (→ Linge, cit. 2).P. p. adj. || Habit rehaussé de broderies. Chamarré. || Boiserie rehaussée d'arabesques (→ Lambrisser, cit. 2).
5 (1690). Techn. (peint., dessin). Donner plus de relief en soulignant les contrastes, en accentuant certains éléments d'une œuvre, d'une décoration. || Rehausser un dessin par des touches de gouache ( Gouacher), d'aquarelle ( Aquareller). Rehaut.P. p. adj. || Portrait (cit. 7) rehaussé de couleur et d'aquarelle.
6 Cuis. Donner plus de goût. Relever.
CONTR. Descendre, rabaisser. — Atténuer. — Déprécier, ternir.
DÉR. Rehaussage, rehausse, rehaussement, rehaut.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rehausser — Rehausser. v. act. Relever une chose qui s est abbaissée. Ce plancher s est abbaissé, il le faut rehausser. Il signifie encore, Hausser davantage. Sa muraille estoit trop basse, il l a rehaussée de deux pieds. Il signifie aussi, Augmenter. On a… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • rehausser — (re ô sé) v. a. 1°   Hausser davantage. Rehausser un plancher qui s est affaissé.    Fig. •   Celui qui ne peut faire ni une vraie comédie, ni une vraie tragédie, tâche d intéresser par des aventures bourgeoises attendrissantes.... il ne peut s… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • REHAUSSER — v. tr. Hausser davantage. Ce plancher s’est affaissé, il faut le rehausser. Les planchers de cette maison sont trop bas, ils ont besoin d’être rehaussés. Ce tableau est placé trop bas, il faut le rehausser au niveau de cet autre. Il faudra… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • REHAUSSER — v. a. Hausser davantage. Ce plancher s est affaissé, il faut le rehausser. Les planchers de cette maison sont trop bas, ils ont besoin d être rehaussés. Ce tableau tombe trop bas, il faut le rehausser au niveau de cet autre. Il faudra rehausser… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • rehausser — vt. réhôssî, C. => Hausser (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • rehaussement — [ rəosmɑ̃ ] n. m. • 1552; de rehausser ♦ Action de rehausser. Le rehaussement d une toiture. ⊗ CONTR. Abaissement. ● rehaussement nom masculin Action de rehausser : Le rehaussement d une muraille. Correction en hausse d un bénéfice ou d un… …   Encyclopédie Universelle

  • relever — [ r(ə)ləve; rəl(ə)ve ] v. <conjug. : 5> • XI e; de re et lever I ♦ V. tr. A ♦ 1 ♦ Remettre debout. Relever qqn qui est tombé. Relever un meuble, un véhicule renversé. Relever des ruines, un mur démoli. ⇒ reconstruire. 2 ♦ Fig …   Encyclopédie Universelle

  • Station spatiale internationale — Pour les articles homonymes, voir ISS. Station spatiale internationale Assemblage …   Wikipédia en Français

  • augmenter — [ ɔgmɑ̃te ] v. <conjug. : 1> • 1360; lat. imp. augmentare, de augere I ♦ V. tr. 1 ♦ Rendre plus grand, plus considérable par addition d une chose de même nature. ⇒ accroître, agrandir. Augmenter le volume. ⇒ amplifier, développer, dilater,… …   Encyclopédie Universelle

  • rehaut — [ rəo ] n. m. • 1552; de rehausser ♦ Peint. Touche, hachure claire, destinée à accuser les lumières. Dessin avec des rehauts de craie, de gouache. « Les rehauts sont des effets nécessaires du reflet, ou ils sont faux » (Diderot). ● rehaut nom… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”